TDS2016-CassseursFlowters-PascalMontagne

Live report : Terres du Son 2016

Sur la route des festivals de cet été, il convient de s’arrêter à Monts, près de Tours, pour la 12° édition du Festival Terres du Son qui, pendant trois jours, propose quotidiennement plus de dix heures de concert sans interruption.

Deux scènes en plein air (Ginkgo et Biloba) et un chapiteau reçoivent les artistes confirmés. La troisième scène, dédiée aux groupes régionaux (région Centre-Val de Loire) a été réaménagée cette année pour leur donner plus de visibilité.

TDS2016-DJones1-FabienGarou

Danko Jones – Photo Fabien Garou

La programmation du vendredi s’annonce des plus intéressantes. Parmi les artistes proposés, c’est Danko Jones qui a marqué la soirée. Le canadien donnait son unique concert en France pour cette année. Les connaisseurs piaffaient d’impatience et n’avaient pas attendu la fin du spectacle précédent pour prendre les meilleures places devant la scène. Le trio punk-rock mené par le guitariste chanteur qui a donné son nom au groupe enchaine les morceaux. « Je suis Danko Jones » annonce-t-il, « Are you ready for rock’n’roll ? ». demande le showman grimaçant à chaque fois qu’une note sort de sa guitare. « Je n’étais jamais venu avant » avouera le chanteur pour remercier le public de son accueil, « c’est un festival formidable » dira-t-il avant de sortir de scène.

Ce samedi, la Prairie de Terres du Son est chauffée à blanc par le soleil. Solution de repli : se diriger vers l’Eco-Village. Situé aux pieds du magnifique Château du Domaine de Candé, il présente le double avantage d’être dans un parc boisé et ombragé, mais aussi de proposer des animations et spectacles musicaux de qualité et totalement gratuits. Espace festif et convivial du festival, il est le bienvenu pour faire une pause dans la frénésie des concerts qui s’enchainent. De nombreux spectacles y sont proposés sur plusieurs scènes, ou en déambulation. Cette année sur les trois jours, sur la scène du Village : Ygranka, jazz groove des Balkans, les Booze Brothers (musique irlandaise traditionnelle punk) ou encore le rock show époustouflant de Johnson Concorde ont été appréciés du public. Les concerts proposés dans le Pavillon, ancien pavillon de chasse du Château, ont eu beaucoup de succès. N’oublions pas non plus les spectacles en plein air et notamment ceux de la Compagnie Naze Box, qui rendait cette année hommage avec humour au cirque d’antan. Habitués du Festival, ils ont enchanté petits et grands.

TDS2016-CassseursFlowters-PascalMontagne

Casseurs Flowters – Photo Pascal Montagne

Sur la Prairie, les Casseurs Flowters ont remporté un véritable succès qui s’est propagé jusqu’aux artistes jouant avant ou après eux. Ceux-ci n’ont pas hésité à se déplacer dans le public pour assister au concert, comme Oxmo Pucino.

Place aux découvertes encore avec Sördörgö, groupe hongrois mélangeant musique traditionnelle des balkans et beats du présent. Peu de monde assistait au concert du groupe qui proposait pourtant une musique entrainante et euphorique. Le concert à peine terminé, Naâman distribuait ses good vibes à un public venu nombreux. Que demander de mieux pour un dimanche ensoleillé ! Ce fut ensuite le tour de General Elektriks, se souvenant de son précédent passage, en 2012, pendant lequel la météo avait été moins clémente. Charles Bradley chanteur de blues et de soul a emmené les spectateurs dans un voyage à travers l’Amérique profonde. Jain, entrée sur scène avec un drapeau français rappelait aux passionnés de football qu’un match était en train de se jouer. Mais The Shoes, qui avaient installé un écran géant pour projeter les images des clips de leur dernier album, Chemicals, ont eu la bonne idée de diffuser quelques extraits du match entre chacun de leurs morceaux. Les impressionnants Soulwax ont pris la suite, dans un déluge de lumière et de son.

Charles Bradley - Photo Znowx

Charles Bradley – Photo Znowx

La scène Propul’son, accueillait les groupes de la région. Se sont fait remarquer cette année Séraphine (folk psychédélique), Assad (hip hop acoustique), Side Effekt (electro dub), The Noisy Freaks (electro) et Mathem & Friends.

Dimanche en fin d’après midi, les organisateurs dressaient un premier bilan du Festival. C’est une réussite sur le plan artistique, et l’ambiance a été bonne. Les chiffres ne sont pas encore définitifs, mais la fréquentation a été moindre que celle de l’année précédente. La journée de samedi à bien fonctionné. Plus de risques ont été pris en ne programmant pas de grosses têtes d’affiche comme il a pu être fait par le passé, l’accent a été mis sur la découverte de nouveaux artistes. Rendez-vous est donné pour l’édition 2017.

 

Crédits : Fabrice Garate

Partage
Tweet about this on TwitterShare on Facebook

par

le 2 août 2016

Lire les articles précédents :
Krisy
Menthe à l’eau : le nouveau projet de Krisy

Krisy, l'un des nombreux talents de la scène rap émergente en Belgique, a sorti dimanche un nouvel EP huit titres,  ...

Fermer