sarah blasko 2 credit sebastien lecocq

Live report : Sarah Blasko aux Etoiles

Jeudi dernier, nous sommes allés écouter une voix australienne d’exception : Sarah Blasko se produisait sur la petite scène du théâtre des Etoiles dans le 11e arrondissement de Paris. Ultra privilégiés, ses fans ont pu assister à une prestation inédite de l’artiste, qui se fait rare en France. C’est dans une ambiance chaleureuse et intimiste que les spectateurs présents ont pu profiter des prouesses vocales de Sarah et de la générosité des 4 musiciens présents à ses côtés. Après quelques dates en Australie, Sarah Blasko poursuit en Europe la tournée de promotion de son 5ème album Eternal Return, sorti en novembre 2015. Encore peu connue dans l’hexagone, c’est pourtant une véritable star en Australie, où ses trois premiers albums sont disque de platine. Sarah, reine des charts australiens, met un point d’honneur à rencontrer son public, quitte à jouer dans des toutes petites salles comme celle des Etoiles. Plutôt habituée aux grandes scènes, elle n’a pas eu trop de mal à dompter son auditoire le temps d’un set – entre nostalgie des eighties et électro pop moderne.

A 20h précises, Sarah Belkner est la première à fouler la scène des Etoiles. Seule derrière son clavier, elle assure la courte première partie du concert et accueille les premiers spectateurs timides. Cette jeune australienne, qui n’est autre que la claviériste de Sarah Blasko, interprète les cinq titres figurant sur Humans – le premier album qu’elle a autoproduit avec son compagnon Richard Belkner. Sarah Belkner a troqué son précédent nom de scène Miss Little pour son propre patronyme. Avec sa voix à la Kate Bush, elle réussi à capter l’attention des curieux massés au devant de la scène. On est particulièrement saisi par la beauté du morceau Susanne dont le clip figure ci-dessous. On peut y apercevoir la danseuse centenaire Eileen Kramer.

Sarah Belkner credit sebastien lecocq

 

Après cet agréable moment passé avec Sarah Belkner, il nous tarde d’entendre les tubes de Sarah Blasko. Les lumières sont tamisées lorsqu’elle arrive sur scène. Sobre et discrète, tout de noire vêtue, elle entonne les premières notes de I’m Ready, placé en ouverture d’Eternal Return. Sur ce cinquième album Sarah explore de nouveaux horizons musicaux. Elle s’autorise des textes plus personnels et directs, dans une ambiance rétro-électronique. Les synthétiseurs apportent la touche eighties qui manquait à sa discographie. Sarah laisse transparaître sa pudeur ; en véritable romantique elle a toujours chanté l’amour, depuis son 1er album The Overture & the Underscore en 2004 à Eternal Return qu’elle chante ce soir. Cependant il n’est plus question de rupture, d’infidélité et de désespoir, Sarah Blasko a grandi, elle s’est mariée et vient d’avoir un enfant. Pleine d’assurance et de fraîcheur elle enchaîne ses nouveaux titres I Wanna Be Your Man, Maybe This Time, Better with you, Without, et use de sa sensualité sur Luxurious.

sarah blasko 3 credit photo sebastien lecocq

Sarah est incontestablement une performeuse, elle a de grandes capacités à monter dans les aigus. Sa voix fluette et enfantine en ferait presque oublier la femme mature qui nous fait face. Les musiciens qui l’accompagnent sont tout aussi brillants. Ensemble ils font revivre les plus grands tubes de la star australienne : All I Want, We Won’t Run, No Turning Back, I Awake – tous extraits de ses précédents albums. Sarah enchaîne tous ses morceaux sans rappel. Les applaudissements sont nourris et chaleureux. Malgré la standing ovation qui lui est réservée, Sarah Blasko ne reviendra pas. Elle repart comme elle est venue, en silence.

Après cette date parisienne, Sarah Blasko a poursuivi sa tournée en Belgique, Allemagne et aux Pays-Bas. Pour écouter la playlist de Sarah Blasko pour TheWebTape.

© Sébastien Lecocq

Partage
Tweet about this on TwitterShare on Facebook

par

le 25 mai 2016

Lire les articles précédents :
Pomrad
Out Like A Light : le nouveau titre de Pomrad

Lundi matin, nous avons découvert "Out Like A Light", le nouveau titre de Pomrad. Et c'est le label créé par...

Fermer