GAO_EP_FINAL_2500x2500

Ganz – Gao (EP)

Artiste aujourd’hui connu de cette scène Nu-electro Trap, Ganz sortait il y a peu son nouvel EP intitulé Gao. Adepte des gros synthés brillant qui sonnent et emplissent les sales de concert comme les scènes de festival à travers le monde il revient avec de nombreux featuring soit avec des rappeurs tel que Digitzz ou Dusty aux flows rythmés et saccadés soit à des chanteuses comme Joy ou Maribelle dont les voix aiguës agrémentées d’effets apportent une mélodie chantée très plaisante à l’écoute qu’on ne peut parfois s’empêcher de fredonner.

Bien construit dans son ensemble avec une réelle progression et une réelle continuité, cet EP vient confirmer l’émergence de cet artiste néerlandais.

« Light Years » le premier titre avec Maribelle introduit l’EP de manière progressive. Tout en « Crescendo » il détonne avec les autres titres de l’EP mais apporte cette touche de douceur, de calme et de tempo mesuré à un EP qui offre des titres dancefloor prêts à soulever les foules des festivals de l’été.

Le deuxième titre « Frolyfe » avec Digitzz très rap sonne dur dans le casque ou les enceintes. Les gros synthés typique de Ganz remplissent le spectre sonore de leur amplitude et de leur brillance apportant à la prod toute sa consistance.

« Lone », le titre le plus écouté de l’EP est bien entendu un petit chef d’oeuvre issu d’une collaboration avec un autre grand nom de cette scène électro trap : What So Not. La voix de Joy douce et pleine d’émotions apporte une touche vocale nécessaire à un son ou les sonorités de synthés aigues se mêlent au beat pour plus d’impact lors des drops. Les petites envolées d’arpèges s’insèrent parfaitement dans un ensemble déjà très riche de sonorités différentes.

« Gaobear », le deuxième titre phare de l’EP avec Dusty se veut lui aussi dans une dynamique plus sèche que « Lone » ou « Light Years » avec un beat très présent et des basses percutantes et profondes. Le flox de Dusty dur est bien cadencé et contribue aussi à cet aspect très dur presque violent.

Seul morceau en solo « Faded », reflète parfaitement le style de Ganz et ses inspirations. Beaucoup de petits sample et des petites mélodies qui s’entremêlent avec des arpèges et des gros synthés font de cette track une prod complexe et prête à faire bouger les foules.

Enfin le dernier titre de l’album en featuring avec Muki se veut plus lent et doux avec toujours les synthés de Ganz en harmonie avec de vrais instruments. On y retrouve du violon et du piano combinés à des percussions très travaillées.

L’EP de Ganz s’inscrit dans lignée d’inspiration de l’artiste toujours attachés à ses synthétiseurs brillants et parfois clinquants. L’artiste montre aussi ici comment il peut composer des sons très entraînants mais d’autres plus doux et calmes.

Les +

  • De la trap électro réussie
  • De bon featuring inscrit dans une mouvance rap
  • La collaboration avec What So Not

Les –

  • Quelques redondances dans les mélodies

Note 3,5/5

Partage
Tweet about this on TwitterShare on Facebook

par

le 28 mai 2016

Lire les articles précédents :
Capture d’écran 2016-05-27 à 17.47.00
N.E.M : le nouveau clip de Las Aves

Pop et coloré. Il n’en faut pas plus pour décrire l’univers de Las Aves. Le groupe français, malgré une nom...

Fermer